Madeleine de pro : Bastien Violleau, directeur commercial de Veritise

BastienViolleau Veritise

18/01/2024

Bastien Violleau, directeur commercial chez Veritise

Et si l’on découvrait une entreprise de la communauté sous un angle nouveau ? Mettons de côté les « metrics » pour se concentrer davantage sur l’humain et la raison d’être. Cette rubrique, on l’a baptisée « Madeleine de pro » en référence à la célèbre madeleine de Proust ! Pour l’écrivain, c’est une simple madeleine qui lui fait réactiver un souvenir fort en mémoire. De la même manière, on a supposé que chaque entrepreneur avait le souvenir d’un moment clé de son parcours. Cette semaine c’est Bastien Violleau, le directeur commercial de la startup Veritise qui revient sur son parcours professionnel. Rencontre avec un généreux qui mise sur la relation humaine pour avancer dans tous ses projets. 

Bonjour Bastien. Avant d’en apprendre plus sur toi, accepterai-tu de pitcher la proposition de valeur de Veritise en une phrase ? 

Bastien Violleau : Avec plaisir ! Veritise développe des solutions de lutte contre la contrefaçon pour protéger les marques et les produits en utilisant sa propre blockchain publique ! 

Clair et précis merci ! De ton côté, tu n’as pas toujours officié dans la Tech : comment es-tu « tombé » dedans ?  

B V : Effectivement, je suis issu d’un parcours scolaire plutôt éloigné de la Tech : BEP vente/action marchande, bac pro… j’ai découvert assez tôt ma fibre commerciale mais je me rêvais plutôt dans le milieu de l'automobile. Et j'étais porté par une certitude : je voulais travailler rapidement ! 

A la sortie du bac pro, on m’a proposé la voie de l’alternance. J’ai donc passé un certificat de qualification professionnelle « vente auto » ce qui m’a permis d’être embauché directement à la sortie d’école. Puis j'ai enchaîné différentes positions dans des concessions afin de monter en grade et en compétences : vente de véhicules neufs, d’occasions, de véhicules de société, de véhicules haut de gamme, etc.  Arrivé à ce stade, la suite logique était de devenir chef de ventes pour diriger une équipe. C’est là que j’ai quitté la Vendée, pour Tarbes. A 29 ans j’ai pris la direction de toutes les concessions Peugeot des Hautes Pyrénées, pour la partie commerce de véhicules neufs, l’équivalent d’à peu près 1500 voitures à l’année. Au bout de 2 ans et demi, j’ai eu besoin de me rapprocher de la Vendée. J’ai pris un poste de directeur commercial chez BMW à la Rochelle avant de troquer le job contre une aventure radicalement différente chez Veritise. 

A première vue, le changement n'est pas évident ! Quel est l’élément liant de ta transition professionnelle ? 

B V :  Cormac Lucking - notre Président - est un ami de longue date qui a fait fortune dans les cryptos il y a une dizaine d'années. A titre personnel ça faisait longtemps aussi que j’investissais dans les cryptomonnaies. J’ai toujours dit a Cormac qu’au prochain projet, je ne voulais pas être « juste » un investisseur. Je voulais l’accompagner et lui apporter mes compétences sur le terrain. Au moment du lancement de Veritise en 2020, il a fait le nécessaire pour m’accompagner sur ce changement de cap. Aujourd’hui, mon job réside dans le développement commercial de l’entreprise et dans un futur proche, des équipes de ventes à l’international. J’attends avec impatience le lancement de l’application à la fin du premier trimestre pour passer en mode « machine de guerre » ! 

Tu pratiquais donc la crypto à titre privé, mais ça reste des sujets techs complexes qui demandent de d’apprentissage ? Comment as-tu fait ?  

B V : Je suis un autodidacte touche à tout qui pratique l’auto-formation en toute circonstance : j’ai lu beaucoup de bouquins sur la blockchain, le web 3 et j’ai consommé des heures de tutos vidéos sur le sujet. 

Plus personnellement, je viens de prendre 3 semaines de congés car ma femme a acheté un salon de coiffure. C’est moi qui ai tout refait du sol au plafond. J’ai même fabriqué ses meubles !  Dès que quelque chose m’intéresse, je m’auto forme. Si demain tout s’arrête je pourrais aussi bien vendre des mobiles home ou des imprimantes…l’adaptation est l’une de mes qualités ! 

Une qualité essentielle pour un entrepreneur ! N’as-tu jamais songé à lancer ton propre projet ? 

Si. Je suis quelqu’un qui rêve énormément : des rêves automobiles pour la passion, des rêves immobiliers pour le bien-être et bien sûr des rêves professionnels. En même temps, je suis un pragmatique et compte bien en réaliser quelques uns. Par exemple, je n’exclu pas de devenir un jour directeur de concession et gérer ma propre boutique ! En attendant, le chemin est long et il y a beaucoup à faire avec le lancement de l’appli. On a aussi dans les tuyaux de très grosses actus sur les deux mois à venir si bien que j’avance étape par étape en prenant soin de privilégier toujours les relations humaines. Au quotidien, je m’astreins à participer à un maximum d’événements et d’associations comme la French Tech. Je reste convaincu qu’au -delà du produit et de la bonne idée, c’est l’humain qui fait avancer une entreprise.