Madeleine de pro : Guillaume Chéramy, dirigeant de Aukfood

Guillaume Cheramy Aukfood

13/04/2023

Et si l'on découvrait une entreprise de la communauté sous un angle nouveau ? Mettons de côté les « metrics » pour se concentrer davantage sur l’humain et la raison d’être. Cette rubrique, on l’a baptisée « Madeleine de pro » en référence à la célèbre madeleine de Proust ! Pour l’écrivain, c’est une simple madeleine qui lui fait réactiver un souvenir fort en mémoire. De la même manière, on a supposé que chaque entrepreneur avait le souvenir d’un moment clé de son parcours. Une sorte de musique intérieure qui le ramène toujours, malgré les obstacles, à son identité entrepreneuriale.

Cette semaine, Guillaume Cheramy, dirigeant d’AUKFOOD nous explique comment il a transformé sa passion pour l’informatique et le logiciel libre en métier, puis en entreprise. 

La French Tech Vendée : Salut Guillaume ! Pour commencer, peux-tu nous rappeler le panel des services proposés par Aukfood ? 

Guillaume Chéramy : Bien sûr ! Chez Aukfood, on fait de l’Intégration de logiciels libres avec une grosse expertise Linux. Concrètement, on intervient sur l’ensemble de la problématique de gestion du système d’exploitation de nos clients. A cela, tu ajoutes de l’accompagnement devops, c’est-à-dire qu’on accompagne également leurs équipes techniques sur les process de développement et enfin on fait de la formation en transversal sur à peu près sur tous les métiers. Le tout, avec un cœur 100% libre : que du Linux, du logiciel libre et de l’hébergement souverain (en France), sur du data center qui respecte les lois européennes. 

FTV : D’où vient-elle cette passion pour le monde du libre ? 

G.C : J’ai commencé à faire de l’informatique très jeune. Je devais avoir 12 ans lorsque j’ai eu mon premier ordinateur personnel :  un CPC 464, une machine qu’on trouve dans les musées désormais (rires). Plus sérieusement, j’avais la chance d’avoir un tonton qui changeait de machines régulièrement que je récupérais. J’aimais comprendre comment ça marche ! A l’époque, les ordinateurs étaient assez accessibles aux geek comme moi. On avait toute la description technique du matériel, des choses qui maintenant sont plus ou moins cachées quand on achète une machine si l’on n’a pas la curiosité de pousser plus loin. Je suis donc ce qu’on appelle un autodidacte. J’avais pris l’habitude de réparer les PC de particuliers, parfois même de petites entreprises, en sous-mains, si bien qu’on m’avait proposé de créer une activité en indépendant.

Ma première sensation avec la création remonte donc à loin ! J’avais 16/17 ans mais c’était trop jeune pour me lancer. Un jour, je suis tombé par hasard sur un livre parlant de Linux : une révélation ! Puis j’ai passé mon bac S et fait un an de fac avant de commencer à bosser à l’usine. Mon premier poste, je l’ai obtenu en 2000. En prévision du bug de l’an 2000 les entreprises recrutaient des informaticiens. C’est comme ça que je suis devenu technicien PC chez un sous-traitant de Chronopost. J’ai continué à faire du Linux en intégrant des associations : on organisait des conférences, des salons autour du logiciel libre. C’est devenu une profession de foi. Sur mon temps libre, je faisais de la formation et du consulting : j’allais conseiller des petites structures et des particuliers sur l’utilisation Linux…  Puis j’ai subi un licenciement économique. J’en ai profité pour me former. J’ai décroché un stage puis un poste d’admin système dans une boite de Services en Logiciels Libres à Nantes. Ma passion était devenue un métier. 

En parallèle, j’étais toujours contacté par les associations dans lesquelles j’étais resté actif. J’ai créé un statut d’autoentrepreneur pour faire quelques missions puis j’ai lâché mon job en 2012 pour me consacrer pleinement à l’activité indépendante. Aukood est devenue une Eurl en 2015 puis je me suis associé à mon premier alternant pour en faire une SARL deux ans plus tard. Aujourd’hui, l’entreprise c’est : 1 gérant, 2 salariés en CDI et 4 alternants. Je suis fier d’avoir créé quelque chose qui me ressemble et de grandir, à mon rythme. 

FTV : On ne peut pas se quitter sans parler manchot ! Tu es le parrain de 2 charmants oiseaux marins. C’est quoi cette histoire ? 

G. C : Oui, c’est notre implication RSE à nous, une démarche cohérente et qui nous touche particulièrement. La représentation graphique de Linux c’est le manchot, on le retrouve aussi dans le nom et le logo d’Aukfood. Il y a 3 ans, à l’occasion de la journée internationale du Manchot ( le 25 avril qu’on se le dise ! ) on a décidé d’adopter un manchot via une association du Cap, en Afrique du Sud, engagée dans la protection et la sauvegarde des oiseaux marins. Notre premier manchot soigné et relâché, on est devenu parrain d’un deuxième en 2020. Aujourd’hui, Archie et Aukfood (c’est leurs noms) se portent bien et nous sommes prêts à accueillir très bientôt un petit frère ou une petite sœur dans la famille ! Le monde de l’entreprise est plein de surprises !